Dératisation sur Meudon au 09.80.09.01.27 – Lutte curative

1-Dangers des rongeurs

Tout comme les insectes, les rongeurs sont des ravageurs des stocks. Ils provoquent des pertes au cours du stockage, non seulement en consommant le produit, mais aussi en le souillant de leurs déchets. Ils peuvent également endommager les structures de stockage, les sacs, etc. Il est important de les combattre dans un but économique mais également dans un but sanitaire, car ces mammifères sont souvent les vecteurs de maladies. Comme nous le verrons, il existe des moyens de les combattre, toutefois leur mise en œuvre est toujours délicate, elle exige une connaissance précise de la biologie de l’animal et peut être dangereuse pour les personnes et les animaux domestiques.

2-Les principes de la lutte curative

La lutte curative consiste à : identifier le prédateur ; sélectionner des appâts de bonne qualité et adaptés aux rongeurs à détruire ; traiter tous les foyers infestés, sans exception ; disposer les appâts sur le passage des rongeurs, entre le terrier ou le nid et le point de ravitaillement, le plus près possible du gîte (la concurrence alimentaire doit jouer en faveur des appâts et chaque colonie doit pouvoir venir se ravitailler à plusieurs postes) ; choisir des endroits où les rongeurs se sentent à l’abri et où ils font leurs crottes ; utiliser des blocs d’appâts qui ont une bonne tenue à l’humidité et des boites, qui limiteront la dispersion des appâts ; ne pas éveiller la méfiance des rongeurs c’est-à-dire ne pas déplacer les objets derrière lesquels ils se cachent, et porter des gants pour manipuler les appâts ; établir un plan d’appâtage c’est-à-dire identifier les postes par un numéro peint, par exemple, noter périodiquement sur des fiches de contrôle les consommations et les réapprovisionnements de chaque poste ; créer si besoin de nouveaux postes et supprimer ceux qui ne sont jamais visités ; analyser les données collectées pour apprécier l’évolution des populations et leur localisation. Pour mettre en place des appâts, il faut donc explorer systématiquement l’intérieur de tous les bâtiments, en n’oubliant aucune pièce, ni le moindre recoin, surtout s’il est mal éclairé, depuis les fosses de pied d’élévateurs jusqu’en haut des cellules ou de la tour de manutention.

3-La lutte curative physique

Il est possible d’attraper les rongeurs avec des pièges : tapettes, pièges à mâchoires (en respectant la réglementation en vigueur), nasse, pâte adhésive (efficace sur les souris et les jeunes rats). Quand la population est importante, cela s’avère souvent insuffisant. Le piégeage est une technique très ancienne qui n’est plus guère utilisée car elle n’a que des effets très limités (quelques individus). Les pièges sont des nasses, des tapettes, des trappes à guillotine, etc. Le seul intérêt au niveau d’un centre de stockage est qu’une capture pourra permettre d’identifier les espèces de rongeurs présents. A part cela, Les rats ne sont pas sensibles aux bruits courants, cependant rats et souris sont sensibles aux ultrasons. Ils sont donc aussi considérés comme des moyens de lutte.

4-La lutte curative chimique

Il est toujours indispensable d’associer des moyens chimiques à la lutte physique pour éradiquer les rongeurs. Si les substances répulsives ne font qu’éloigner les rongeurs, les raticides sont destinés à les éliminer : on utilise à cette fin soit les gaz toxiques (usage peu fréquent) soit les rodenticides qui agissent après ingestion. Ce sont exclusivement des anti coagulants, qui cumulent plusieurs avantages : un pouvoir cumulatif élevé (une consommation faible mais répétée est efficace), une activité à partir de très faibles doses et une très bonne acceptation par les rongeurs, aucune action sur le système nerveux central, qui aurait pour inconvénient de provoquer des comportements anormaux. Les congénères qui les observeraient développeraient de la méfiance vis-à-vis des appâts. Ils provoquent aussi un effet mortel retardé qui empêche les rats de faire une relation entre l’ingestion de l’appât et la mort. Nous disposons de produits adaptés à chaque type de rongeur.

5-La lutte curative biologique

Pour la lutte curative biologique, on peut faire appel à :

-la culture bactérienne ou lutte par «virus». Cette technique consiste à transmettre aux rats des maladies mortelles. Son emploi a soulevé des polémiques en raison des risques qu’elle peut faire courir à d’autres familles de rongeurs (myxomatose en Europe par exemple).

-aux prédateurs. Certains ennemis naturels des rongeurs tels les rapaces assurent un équilibre naturel qu’il faut chercher à préserver.

Les chats domestiques ont toujours été considérés comme les ennemis des muridés. En fait ils s’attaquent beaucoup plus aux souris qu’aux rats et leur efficacité est très limitée. Cependant au niveau individuel (stockage familial) leur présence peut être répulsive.

Vos dernières recherches sur Dératisation sur Meudon au 09.80.09.01.27 – Lutte curative : remede contre les souris Saint-Ouen, technique dératisation, societe desinfection 78440, deratisation maison, produit contre les rats Vanves 92170, se débarasser des souris, combattre les rats Viarmes 95, lutte cafard, comment se debarasser des souris Grigny , contre les cafards, tuer les souris 93370, dératisation désinsectisation désinfection, comment lutter contre les souris Goussainville 95190, cafard blatte, traitement blattes La Celle-Saint-Cloud 78, démoustication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *